« Please excuse our delay in getting back to you and know that we appreciate your interest in joining the Wedding Photojournalist Association!

It is our pleasure to have you as a new WPJA member! Great images in your portfolio! […]

Welcome to the WPJA! »

Je ne vais pas vous assommer avec des phrases du genre « C’est le plus beau jour de ma vie ! ». Il faut savoir rester raisonnable. Qu’est-ce qu’une réussite professionnelle face aux joies de la vie personnelle : un premier amour (réciproque), un mariage, une naissance ? Bien peu, c’est certain. Et ceux qui prétendent le contraire passent, à mon avis, à côté de quelque chose. A côté de l’essentiel.

Néanmoins, il faut savoir apprécier ses réussites, sans triomphalisme déplacé, sans fausse modestie non plus. Alors je vous le dis. Depuis trois ans que je rêve de pouvoir entrer dans le cercle reconnu des photojournalistes de mariage internationaux, aujourd’hui, je ne boude pas mon plaisir.

Ça ne s’est pas fait en un claquement de doigts. J’ai travaillé dur, en me fixant des règles strictes, avec pour principal objectif de satisfaire ceux qui m’ont fait confiance pour couvrir leur mariage. Et quand je me suis enfin senti prêt à poser ma candidature, il a fallu que j’améliore encore mon portfolio pour répondre aux critères de la WPJA.

Aujourd’hui, que c’est fait, j’ai juste envie de crier : « wééééééééééééééééééééééééééééééééééé »

Croyez-moi ! Cela fait du bien.

Frédéric.

PS. En toute rigueur, c’est le moment où je remercie ceux qui m’ont encouragé et soutenu durant ces trois années de doute. Mais comme je n’ai pas envie de me la jouer « Academy Awards », je leur dis juste : « Un grand Merci à vous ! »

No responses yet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.